Microblading : tout ce qu’il faut savoir sur le micro tatouage des sourcils poil à poil

Le microblading, c’est une technique de maquillage semi-permanent bluffante de naturel, qui permet de redessiner une jolie ligne de sourcils et de combler les trous éventuels par de micro traits qui imitent parfaitement le poil naturel. Un protocole né aux Etats-Unis, inspiré d’une gestuelle asiatique ancestrale, que Seemy a importé en France avec le succès qu’on lui connaît. Voici nos réponses à vos questions les plus courantes.

Le microblading, qu’est-ce que c’est exactement ?

Appelé aussi « technique 6D », le microblading vise à restructurer la ligne de sourcils de manière plus vraie que nature. La technicienne passe un outil doté d’un stylo métallique et de nano aiguilles réunies sur une même ligne qui forment une fine lame, afin de créer une réplique parfaite du sourcil naturel idéal.

Une technique qu’Elodie Raheriarivony, la fondatrice de Seemy, qualifie de « calligraphie des sourcils » tant elle est fine et précise. Le microblading dure combien de temps ? Le résultat peut tenir jusqu’à un an et demi selon la peau de chacune et la façon dont elle réagit aux pigments. Contrairement au maquillage permanent ou tatouage des sourcils qui peuvent parfois virer au rouge ou au bleu au fil des mois, le microblading s’estompe tout en douceur. Il suffit d’une séance d’une heure de « tatouage » pour redessiner et combler les sourcils puis d’une séance de retouche environ trois semaines après pour fixer le travail de pigmentation.

Microblading ou maquillage semi-permanent : qu’est-ce qui fait le plus mal ?

Le microblading ne fait pas mal. Cela consiste en effet à pigmenter les couches supérieures de l’épiderme à l’aide de nano aiguilles qui pénètrent seulement de 0,2 mm sous la peau (quand le dermographe électrique du maquillage semi- permanent, lui, va jusqu’à 0,5, voire 0,8 mm). Comme on touche moins de terminaisons nerveuses, cela fait moins mal. La cicatrisation est plutôt rapide. Aucune petite croûte gênante dans les jours qui suivent la prestation ! De plus, on n’abîme pas les capillaires, on ne touche pas les bulbes et on n’a pas de problème de repousse de poils.

Pour aller plus loin, le microshading : Cette nouvelle technique utilise le même ustensile de pigmentation mais la technique de tracé diffère de manière à créer un dessin d’ombrage entre les poils qui ont été dessinés. Le résultat est moins naturel, plus soutenu, et correspond davantage au contouring du sourcil que l’on peut voir sur Instagram sous le hashtag « Brows on fleek ».

Le bon geste : l’équipe de SeeMy cumule ces deux techniques complémentaires en veillant à éclaircir légèrement au niveau de la tête et à forcer la pigmentation sur la queue du sourcil pour un résultat digne d’un joli selfie. Microblading et microshading : à vous les sourcils parfaits ! Prenez rendez- vous ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *